En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

50 ans d'histoire

50 ans d'histoire

Par admin leon-gambetta, publié le mardi 4 juin 2019 11:21 - Mis à jour le mardi 4 juin 2019 11:26

Les bâtiments de l'actuel lycée professionnel Gambetta furent inaugurés en 1933 par Me Belmont Maire de Bourgoin, Sénateur de l'Isère et ami du Président Edouard Herriot.

 

• A cette époque ces bâtiments se divisaient en deux parties de même importance : 

      → L'aile sud-ouest qui abritait une école primaire de filles et  préparait au C.E.P.

           (Certificat d' études primaires).        

      → L'aile nord-ouest qui abritait une E.P.S de filles (Ecole Primaire Supérieure), dénommée

          "La Sup." qui préparait au B. E. (Brevet Elémentaire) et aux Bac. Maths et Lettres

                                                                      

• Bourgoin possédait un lycée de garçons et une école pratique annexée située avenue des Alpes où se trouve aujourd'hui le Centre Culturel.

      → L'école pratique comprenait trois sections : 

          - une section menuiserie 

          - une section mécanique (ajustage, tournage) 

          - une section qui formait des tisseurs-gareurs, parrainée par les ateliers Diederichs.                                                                  

 

• Il n'y avait pas d' enseignement technique pour les filles. L'enseignement commercial ou économique n'existait pas. Seules les villes de Vienne, Lyon, Pont-de-Beauvoisin, Voiron, Grenoble, Chambéry, Romans, possédaient des sections commerciales.

 

• Le Nord-Isère était pourtant une région à forte densité industrielle.

Bourgoin et Jallieu...

- avec les Ateliers Diederichs, premiers constructeurs mondiaux de métiers à tisser

- les produits chimiques Armanet,

- la fonderie Lauzier

- les nombreux ateliers de tissage, d' impression sur étoffes... etc.

La région, La Tour du Pin, Bourgoin, La Verpillière étaient en plein développement ;

Montalieu, Bouvesse avec les carrières de pierres et les cimenteries,

Pont de Chéruy, Charvieu avec leurs nombreuses usines : Tréfimétaux, caoutchouc souple... etc.

 

• Le Nord-Isère est également une région d' agriculture : céréales, maïs, colza et l' élevage : Les fermes d'une centaine de têtes de bétail et plus sont nombreux. Les domaines de Boulieu à Courtenay possède un millier de vaches, laitières et était un lieu de prédilection pour les visites scolaires.

 

• De par son emplacement au carrefour de l'Europe, cette région et Bourgoin-Jallieu en particulier étaient appelées à un développement rapide et important, créateur de nombreux emplois notamment dans les secteurs de la comptabilité et du secrétariat.

 

• En 1948 la municipalité de Bourgoin dirigée par son Maire Monsieur Armanet et la direction de l' Enseignement Technique conscients de ce phénomène décidèrent de créer un Centre d' Apprentissage annexé à l' E.P.S, de jeunes filles, avenue Gambetta.

Le personnel administratif de ce nouvel établissement comprenait :

- une directrice Mademoiselle CHALAY,

- une secrétaire d' administration mademoiselle COMUNAL,

- une surveillante principale, mademoiselle CHALON

- un couple de concierges M. et Mme BESSON particulièrement stylés et serviables.

- L' intendance était assurée par les services municipaux.

 

• La création du Centre d' Apprentissage se fit grâce à l' autorité de M. BOULON Inspecteur de l' Enseignement Technique par le transfert du Centre d' enseignement Ménager de Montallieu dirigé par Mademoiselle Tiphène et par la création d' une section commerciale. 

L' enseignement général était assuré par les professeurs de l' E.P.S.

 

• L'enseignement ménager était assuré par Mademoiselle Tiphène.

• Les cours de coupe / couture par mesdames Barbary et Quesnel.

• Les cours de dessin par Mademoiselle Petitjean, spécialiste du dessin d' impression sur tissus qui travaillait pour les entreprises de la région.

 

• Cette section préparait en trois ans, simultanément les C.A.P d' Enseignement Ménager et de couture flou.

 

• Dès la rentrée de 1948 il avait été recruté vingt cinq élèves, titulaires du C.E.P. pour la section commerciale qui préparait aux deux C.A.P d' Employé de bureau et de Sténo-dactylographe.

         

• Il n'y avait pas de professeur de la spécialité ; c'était une personne de l' extérieur qui assurait les cours de comptabilité et de sténo-dactylographie. Ce n'est que début 1949 qu'un professeur de la spécialité.

 

• L' Etablissement doté d'un internat recevait des jeunes filles de tout le Nord-Isère, de l'Ain (Bellay, Lagnieu, Ambérieu, Meximieux, Loyette) et de la banlieu sud-est de Lyon (St Bonnet de Mure, St Priest, Meyzieu).

 

• Les ramassages scolaires n' existaient pas encore.

 

• Les élèves étaient dans une grande proportion d' origine rurale, c' était souvent de bons éléments, généralement timides, mais travailleurs et disciplinés. Cet état d' esprit facilitait grandement leur placement à la fin de leur scolarité.

 

• Pour la rentrée 1949-1950 le Centre d' Apprentissage recruta : 

  - Une première année de 25 élèves en section commerciale.                                                                                 

  - Une première année de 25 élèves en section couture et enseignement ménager.

                                                                                   

 

• Les élèves de la section commerciale suivaient également des cours de cuisine.

 

      → Ce qui donna : En commerce                    - Une première année.

                                                                                   - Une deuxième année

 

      → En couture enseignement ménager :      - Une première année

                                                                                   - Une deuxième année; soit un effectif de près 

                                                                                     de 100 élèves et cela avec le même nombre 

                                                                                     de professeurs. Il est vrai qu'a cette époque 

                                                                                     l'horaire des P.E.T.T et des P.E.G, était de 25h  

                                                                                     et celui des P.T.A de 40 h.

 

• A la rentrée 1950-1951 le C.A comprenait 3 années en commerce et 3 année en couture enseignement ménager, soit autour de 130 élèves.

 

• Bientôt le manque de professeurs se fit sentir, ainsi que le manque de locaux.

 

• L' inspection principale de l' Enseignement Technique nomma quelques professeurs :

- un professeur de lettres, mademoiselle RIOU,

- un professeur de math sciences, mademoiselle FOURNIER, ce qui permit de libérer les professeurs de l' Ecole supérieure.

- L' E.T.nomma également un professeur de secrétariat, Madame PRIGNET, ce qui permit a monsieur BERNARD d' abandonner les cours de sténo-dactylo pour prendre les cours de mathématiques en section commerciale.

 

• A cette époque les professeurs étaient nécessairement polyvalents ! 

 

• Mademoiselle COMUNAL mutée fut remplacée par une adjointe d' intendance,           mademoiselle VITTE.

 

• Les locaux manquaient la nouvelle directrice, madame WERLY en avisa la Municipalité et le Maire, monsieur ARMANET lança le projet de construire une nouvelle école primaire, rue Edouard HERRIOT pour y transférer l' école primaire de Gambetta. Dés l' achèvement des travaux, les locaux revinrent dans leurs ensemble à l' Ecole Supérieure et au Centre d' Apprentissage, ce qui donna à cet établissement de nouvelles possibilités. Néanmoins, il restait encore plusieurs problèmes à régler : le problème de la cuisine et du réfectoire, l' extension des dortoirs et une salle de gymnastique.

         

• Les dotations en matériel étaient très insuffisantes. Les sections d' E.M et de couture n' avaient qu'une cuisine de cours réduites et peu équipée. Il manquait des machines à coudre, des mannequins...etc. La section d'enseignement commercial manquait de machines à écrire ; en dactylo, les élèves devaient travailler par roulement. Les cours de dactylo avaient commencé avec des machines à tampons encreurs récupérées dans les combles de la Mairie. Il n' y avait pas de matériel de classement, de reprographie.

 

• L' organisation des visites d' usines par les professeurs avec leurs élèves et l' organisation d' expositions des travaux des élèves du Centre d' Apprentissage, ce qui permit enfin d' acheter du matériel : machines à écrire " Duplicateur à alcool, Duplicateur à encre " et d' équiper quelques salles spécialisées, salles de dactylographie, salle de mécanographie, cuisine de cours, cuisine d' internat, atelier de couture, laboratoire de physique-chimie.

 

• Depuis le départ de l' école primaire, de nouvelles salles se trouvèrent disponibles. Une partie du dernier étage fut aménagé en dortoirs et boxes pour les surveillantes d' internat.

La section commerciale fut dédoublée, en une section préparant au C.A.P de sténo-dactylographe et une section préparant au C.A.P d' employé de bureau et d' aide comptable.

Cette unité pédagogique comprenait deux premières années avec un même programme. A l' issue de cette première année, les élèves étaient orientés soit en deuxième année sténo-dactylo, ou en deuxième année comptabilité et enfin deux troisièmes années à la fin de laquelle les élèves se présentaient au C.A.P de leur spécialité.

 

• C' est à cette époque que sur la demande des employeurs de la région et avec l' accord de l' Enseignement Technique et le soutien de la Municipalité, furent crée des cours d' enseignement professionnel et de promotion sociale qui s' adressaient à des jeunes et à des adultes désirant préparer un C.A.P de comptabilité ou un concours. A l' ouverture du lycée de l' Oiselet ces cours furent transférés dans ce nouvel établissement.

 

          • Au décès de madame WERLY, c' est l' épouse du Proviseur du lycée de garçons, madame MALAN professeur d' anglais à Gambetta qui assura l' intérim de la direction.

 

          •  En 1952, madame BARUCH fut nommée directrice de l' établissement.

C' est sur que sa proposition que fut creusé et construit un réfectoire sous la cours d' honneur, au même niveau que les sous-sols qui furent aménagés en cuisines d' internat. ( Voir plan ) .

 

          • A l'est de l' ex-école primaire fut construit un gymnase.

 

          • Dans les salles du rez-de-chaussée de l' ancienne école primaire furent aménagés : 

      → Un service de documentation, une bibliothèque et un service de reprographie 

          confiés à mademoiselle ARRIGONT professeur d' italien, détachée à temps plein

          au fonctionnement de ces diverse activités.

      → Une coopérative scolaire gérée par les élèves de comptabilité et leur professeur.

          Les bénéfices étaient destinés à la caisse de solidarité.

          " un foyer, un atelier de couture, des salles de cours ( Voir plan ).

 

          • C' est à cette époque que grâce au concours de M. BLACHIER, Inspecteur Principal de l' Enseignement Technique et à l' aide de M. ARMANET et sa Municipalité fut construite l' aile nord, à savoir : deux salles de classe au rez-de-chaussée destinées à recevoir kes cours de comptabilité mécanographie et des cours de secrétariat.

 

           • Deux dortoirs au premier étage qui deviendront par la suite des salles de secrétariat.

 

          • Il faut signaler la création vers 1960 d' une section de couture rapide, ou couture industrielle.

 

          •  Après toutes ces créations, la pénurie de locaux se fit à nouveau sentir et ce fut le commencement des installations des pré-fabriqués dans la cour de récréation au détriment de l' espace libre et des aires de jeux pour les professeurs de gymnastique et les élèves.

 

          • A partir de cette date le Centre d' Apprentissage était pédagogiquement, à peu près autonome, sauf, peut-être, en anglais et en éducation physique.

 

          • Mme BARUCH, soutenue dans sa tâche par Mme BRUNSWICK, Inspectrice Générale de l' Education Nationale, donna à cet Etablissement un certain éclat.

 

          • Elle avait su créer un esprit d' équipe, et faisait confiance aux initiatives personnelles.

 

      → A travers la commission, l' ensemble des professeurs et les délégués des élèves de toutes les classes discutaient et élaboraient à la rentrée un règlement intérieur fixant la discipline générale, les sanctions éventuelles et les barèmes de notion des travaux scolaires. Ce règlement adopté par le personnel et les élèves, dûment signé par les représentants des deux partis était affiché dans les salles et imprimé sur l' une des feuilles de garde du carnet scolaire. Les élèves, et les parents, ainsi informé de la marche de la maison, il n' y avait pas de gros problèmes de discipline.

     → Organisation par Mademoiselle TIPHENE et quelques collègues dévoués du bal des élèves et des professeurs qui avait lieu au cours du deuxième trimestre. Ultérieurement Mme RABILLOUD professeur dynamique perpétua la tradition. Mlle TIPHENE s' occupant de l' association des anciens élèves.

      → Exposition de fin d' année et vente de vêtement confectionnés par les sections couture et des pâtisseries fabriquées par les élèves d' enseignement ménager.

 

           •  Les bénéfices étaient destinés à l' amélioration de la vie à l' internat : foyer, projection fe films, voyages scolaires.

 

           •   Distribution solennel des prix présidée chaque année par une personnalité. Après le discours d' usage et la lecture du palmarès par les professeurs, les meilleurs élèves recevaient de nombreux livres. Cette distribution était toujours largement dotée, par le Ministère de l' Education Nationale, la chambre de commerce et des métiers, la caisse d' épargne, les librairies et les entreprises de la région. 

 

           •  l' Etablissement entretenait d' excellentes relations avec les milieux économiques régionaux, notamment avec M. CROHAS Administrateur de la caisse d' épargne et ancien Directeur de Banque qui acceptait volontiers de venir faire des exposés aux élèves de la section commercial sur :     - Les calculs bancaires, la négociation des effets de commerce, les titres, le crédit ... etc.

 

           •  Parmi les employés et les cadres de la Caisse d' épargne, il y a plusieurs anciens élèves de Gambetta.

 

           •  Il en était de même de l' Unité Hermétique de la Verpillère que nos élèves visitaient annuellement. Certains ingénieurs de cette entreprise venaient avec plaisir faire quelques exposés sur les machines à cartes perforées, ou sur la programmation des premiers ordinateurs.

 

           •  Malheureusement, Mme BARUCH fut terrassée par une douloureuse maladie en 1960. Mme CANNUEL, professeur d' italien, assura l' intérim jusqu' à l' arrivé d' une nouvelle directrice Mme BAUER en 1961. C' est à cette date que l' E.P.S prit la dénomination de collège d' Enseignement Secondaire et le Centre d' Apprentissage annexé, le nom de collège d' Enseignement Technique.

 

          •  La construction du lycée l' Oiselet était presque terminée et ce nouvel établissement allait ouvrir le 23 Septembre 1963 sous la direction du Proviseur M. VALLA qui arrivait de l' institut Franco-Américain de Beyrouth.

 

           •  Les élèves de la seconde, à la terminale du collège Gambetta furent transférés au lycée de l' Oiselet, ainsi que quelques uns des professeurs. La gestion des deux établissements était assurée par un Intendant, un adjoint d' intendance, Mme COVAREL, était détachée à Gambetta.

 

           •  En 1963, Mme BAUER fut nommée à l' Institut pédagogique de Rabat eet remplacée par Mme DUFOURG qui arrivait également de l' Institut Franco-Américain de Beyrouth.

 

          •  Les professeurs de l' Etablissement organisaient, aux vacances de printemps, ou en fin d' année scolaire des voyages. Mme CANUEL, Mlle BORDAT et Mle REYNAUD emmenaient fréquemment les élèves en Italie.

 

           •  A partir de 1963, avec Mme DUFOURG et M. MARTINET professeur de comptabilité, les voyages prirent un nouvel essor.

 

           •  Les élèves et les professeurs partaient au autocars et étaient hébergés par les internats des établissements scolaires qui faisaient fonction de Centre d' Accueil ( Lycée Kléber à Strasbourg, Cité scolaire d' Ivry-sur-Seine...) ou par les auberges des jeunes.

 

      → C onnaissance de la France : Les Alpes, visite de Paris, la Provence, l' Alsace etc...

 

      → Connaissance de l' Europe : L' Italie, l' Angleterre, la Suisse, l' Autriche. Les voyages avec l' Allemagne étaient facilités du fait du jumelage de Bourgoin Jallieu avec Réhau à la frontière Tchèque et des subventions largement accordées par l' Office Franco-Allemand des échanges culturels.

 

           •  C' est ainsi que les élèves visitèrent la Rhénanie, Berlin la région de Réhau à plusieurs reprises et enfin les pays de l' Europe de l' Est : La Tchécoslovaquie, visite de Prague. La Pologne, visite de Varsovie.

 

           •  A la rentrée de 1970 - 1971, M. MARTINET fut muté à Pont de Beauvoisin. En Juillet 1971, Mlles ARRIGONT, TIPHENE, ANSELMINO, ( GONIN ) M. BERNARD et un interprète des Ateliers Diederichs, M SCHMIT, mis gracieusement à notre disposition par M. André DIEDERICHS, organisent un voyage de 15 jours an Allemagne : Bourgoin jallieu - Strasbourg - La vallée du Rhin de Francofort à Aix la Chapelle - Bamberg - Réhau - Munich - Le Lac de constance - L' Autriche - Le Liechtenstein - La Suisse Bourgoin Jallieu.

 

           •  Les auberges de jeunesse allemande sont particulièrement accueillantes et bien organisées.

 

          •  Par la suite, Mme FERRAND, professeur d' anglais, Mme RABILLOUD et d' autres collègues organisèrent des voyages plutôt vers l' Angleterre pour une raison Linguistique.

 

 

          •  En Mai 1968 éclata une période de manifestation, d' abord estudiantines, qui se généralisèrent rapidement à l' ensemble  du monde du travail et donnèrent lieu à une période de gréves particulièrement dures; Prés d' un mois pour les Etablissements scolaires locaux. Ces évènements revendicatifs prirent fin avec les négociations et les accords de Grenelle signés par M. le premier Ministre POMPIDOU et les représentants syndicaux.

 

          •  A la suite de ces accords, les personnels des C.E.T obtinrent quelques avantages non négligeables : Les horaires de P.E.G et des P.E.T.T passèrent de 25 h à 22 h, ceux des P.T.A de

40 h à 35 h. Légère revalorisation indiciaires; quelques points d' indice furent accordés à l' ensemble des personnels. Les heures libérées furent assurées dans un premier temps par des heures supplémentaires et par la suite par la nomination de M.A.

 

          •  En 1960, Mme DUFOURG est remplacée par Mme MARTY qui reste jusqu' en 1971.

 

          •  En 1970 la chaufferie fut transformée pour passer du charbon au fuel. Elle fut inaugurée par un couple de nouveaux conciérges M. et Mme SINTHES particulièrement dévouées.

 

           •  Les deux villes de Bourgoin et Jallieu furent réunifiées le premier janvier 1967. M. RAMSEYER Maire de Bourgoin depuis 1965 devint Maire de Bourgoin Jallieu avec pour premier adjoint M. OUDOT ex-maire de Jallieu qui aux nouvelles élections municipales devint Maire de Bourgoin Jallieu.

 

           •  Les deux villes réunies formèrent un ensemble de prés de 20 000 habitants et eurent beaucoup plus de poids pour faire aboutir leurs projets et obtenir des subventions. La nouvelle municipalité consciente des besoins de l' agglomération programma de nombreux traveaux, dont le C.E.S de Pré-Bénit qui ouvrit ses portes en Septembre 1971. Mme VILLANNEAU, professeur au collège Gambetta fut nommée Directrice de ce nouvel établissement.

 

           •  Les élèves de 6°, 5°, 4° et 3° du collège Gambetta furent transférés au C.E.S de Pré-Bénit, ainsi que leurs professeurs.

 

           •  Mlle ARRIGONI, documentaliste fut nommée au nouveau C.E.S et les matériels, livres et documents de la documentation et de la bibliothèque furent partagés amiablement entre les deux établissements. La documentaliste ne fut pas remplacée, ce sont les professeurs et les maîtres d' internat et d' externat qui assurèrent par intermittence et bénévolement la gestion de la documentation et de la bibliothèque.

 

           •  A partir de cette date le C.E.T dispose de l' ensemble des locaux de Gambetta.

 

           •  La poste de direction reste vacant et l' intérim est assuré par la Conseillère d' Education Mlle JOUVE jusqu' à la nomination d' un Proviseur, M. ROCHE à la rentrée de 1972.

 

           •  A partir de 1971 le C.E.T prépare en deux ans aux brevets d' enseignement professionnel ( BEP ) à partir d' élèves issus de troisième et titulaires de B.E.P.C.

 

          •  Trois nouvelles options sont créées : 

      → Une section B.E.P Comptable-mécanographe

     → Une section B.E.P Secrétariat

      → Une section B.E.P Métiers de l' habillement

 

          •  L'option commerciale comprend désormais 10 classes : 

                  1) Préparation au C.A.P de sténo-dactylographe en 3 ans, avec des élèves titulaires du C.E.P ou issus de 4 ème ( 3 années ) 

                  2) Préparation aux C.A.P employé de bureau et aide-comptable en 3 ans, même recrutement que pour la section précédente ( 3 années )

                  3) Préparation en 2 ans au B.E.P de comptable-mécanographe avec des élèves titulaires du B.E.P.C ou issus de seconde ( 2 années )

                  4) Préparation en 2 ans eu B.E.P de secrétariat avec des élèves titulaires du B.E.P.C ou issus de seconde ( 2 années )

 

          •  En 1973, le C.E.T devint mixte. Les garçons internes sont hébergés par l' internat du lycée de garçons.

 

           •  Avec la préparation au B.E.P commence l' étude de la programmation des machines électromécaniques et électriques et l' initiation à l' informatique.

 

           •  Le C.E.T est doté de salles spécialisées et d' un parc de machines modernes, pour l' époque :

      → Machines à écrire électriques.

      → Machines à dicter

      → Matériel de reprographie

      → Matériel électromécanique et électronique

      → Machines comptables programmables par les élèves : Odher, Facit, Kienzle.

 

          •  La valeur du parc du matériel pédagogique devait approcher le million de "francs lourds".

 

           •  En 1977 le C.E.T mixte prit le nom de lycée mixte d' enseignement professionnel (L.E.P.).

 

           •  En 1977 fut inauguré le lycée d' enseignement professionnel Jean-Claude AUBRY et cela vint à nouveau perturber la carte scolaire de Gambetta. En effet les sections de coupe-couture et de l'industrie de l' habillement furent transférées à J.C AUBRY qui offrait des locaux plus modernes, plus fonctionnels.

 

           •  Pour pallier à ce départ, deux nouvelles sections sont crées, Préparation à deux nouveaux B.E.P :

      → Agents de collectivités 

      → Sanitaire et Sociale

 

          •  Les résultats scolaires étaient corrects et les réussites aux examens satisfaisantes. En section commerciale, les meilleurs élèves arrivaient à passer avec succès le BREVET commerciale de comptabilité. Nombreux furent les élèves qui poursuivirent leurs études dans les établissements scolaires de Lyon ; Lycée Martinière

 

 

Emile Bernard, professeur de comptabilité